Critique 51 - Marée Basse

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Daniel Pecqueur
Dessinateur : Jean-Pierre Gibrat
Coloriste : Jean-Pierre Gibrat
Éditeur : Dargaud
Collection : Long Courrier

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 04/1996
ISBN : 2-205-04309-9
Nb Pages : 72
Prix de détail : 26.95$ (13.50€)

Genre : Science-Fiction; Anticipation



Synopsis du site de Dargaud
C'est l'été sur la côte normande et le cirque Zampano annonce pour le soir un spectacle extraordinaire : Jonas, l'homme-singe. La radio du manchand de glaces nous donne des nouvelles de Claire Dulac, qui est en tête de la transat en solitaire, quelque part sur l'océan. Elle vient juste de dire que tout va bien, quand elle se fait emboutir par un énorme cargo... Sur la plage, le spectacle a commencé. Jonas, qui est un très charmant jeune homme, se change sous nos yeux zéblouis en petit singe en peluche. Une jeune fille dit que c'est truqué, mais on va lui prouver le contraire : si elle veut bien embrasser le petit signe sur la bouche... C'est là qu'arrive la première vague.

Savez-vous ce qu'est un tsunami ? Un raz-de-marée. Et un tsunami d'une puissance supérieure à giga-newtons ? Un énorme raz-de-marée...

Nous nous retrouvons dans Venise dévastée, avec un morceau de statue de la Liberté, une jolie sirène, un petit Pierrot qui croyant que les sirènes avaient les fesses pleines d'écailles - ce n'est pas le cas - et un singe en peluche qui flotte sur le canal. La sirène embrasse le singe sur la bouche et ça marche : Jonas revient. Parfaitement ! le numéro du cirque n'était pas truqué. Jonas a toujours eu ce don de métamorphose, depuis le jour lointain où il n'a pas voulu perdre la petite Louise...

Mais ne cherchez pas à comprendre, car cette histore relève de la science-fiction, du farfelu et de l'amour fou. On y croise un Prix Nobel cinglé, une fée superbe qui trouve qu'elle a grossi, un amour d'enfance, et la Mort qui vient en gondole prendre le petit Pierrot. (Ne vous inquiétez pas, il a de la ressource...) Et c'est une bien belle fille aussi, la Mort - car tout est beau dans ce monde en ruines : les nanas, les décors, la tendresse, les lumières, et la sirène qui s'en va avec le petit singe en peluche. Pourvu qu'elle pense à ne jamais l'embrasser sur la bouche...


Les amateurs des deux derniers diptyques de Jean-Pierre Gibrat parus aux éditions Dupuis pourront fort certainement apprécier le coup de crayon de ce dernier dans ce 1-Shot fantastique, fantaisiste et poétique.

Paru un an avant seulement avant le premier tome de "Le Sursis", qui a propulsé son auteur au sein des rares élus au niveau des artistes du neuvième art ayant le plus de convoitise pour leur travail, ce tome permet à ses lecteurs de découvrir en avant-première le style de dessin des jeunes demoiselles qui est fort omniprésent dans les efforts plus récents de Gibrat.

Toutefois, dans cette oeuvre, le dessin n'est pas tout. En effet, Daniel Pecqueur, connu principalement pour ses séries Golden City/Cup et Thomas Noland, nous livre ici un beau petit scénario au tempérament fluctuant au cours de l'album. Tantôt réaliste, tantôt à saveur d'anticipation fataliste, le tout se termine par une réalisation à forte teneur fantaisiste avec des touches poétiques. Un bémol reste cependant à signaler: le transit entre les séquences peut parfois être sec, ce qui laisse une impression que quelques pages de plus auraient facilement pu être intercalées entre les cases afin d'alimenter l'histoire d'une plus grande clarté.

Un livre à apprécier pour son côté rêveur et surtout pour le dessin de Gibrat, dans son édition originale avec un petit exlibris d'éditeur pour les collectionneurs, ou dans son édition plus récente et moins dévastatrice sur le portefeuille!

Scénariste : Daniel Pecqueur
Dessinateur : Jean-Pierre Gibrat
Coloriste : Jean-Pierre Gibrat
Éditeur : Dargaud
Collection : Long Courrier

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 10/2003
ISBN : 2-205-05553-4
Nb Pages : 72
Prix de détail : 26.95$ (13.50€)

Genre : Science-Fiction; Anticipation



ok ok ok ½ /5

Lien vers la critique d'un autre album de la collection Long Courrier:
arrow Lie-de-Vin

Publié dans Critiques

Commenter cet article