Critique 1014 - Blacksad T.4 L'Enfer, le silence

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Juan Díaz Canales
Dessinateur : Juanjo Guarnido
Coloriste : Juanjo Guarnido
Éditeur : Dargaud

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 09/2010
ISBN-13 : 978-2-205-06313-4
Nb Pages : 56
Prix de détail : 24.95$ (13.50€)

Genre : Polar/Thriller; Animalier



Présentation de l'éditeur
Années 1950, La Nouvelle-Orléans, où la fête de Mardi gras bat son plein. Grâce à Weekly, un producteur de jazz dénommé Faust fait la connaissance de Blacksad. Faust demande à ce dernier de s'occuper d'une affaire : un de ses musiciens, le pianiste Sebastian, a disparu. Il n'a pas donné signe de vie depuis des mois, mettant en péril le label musical privé d'une star. Faust craint que Sebastian ait, une fois de trop, sombré dans la drogue. Sa requête est d'autant plus pressante que Faust se sait atteint d'un cancer. Blacksad accepte la mission et découvre peu à peu que Faust ne lui a pas tout dit. Il s'aperçoit qu'il est lui-même manipulé, mais décide tout de même de retrouver Sebastian pour comprendre les raisons de sa disparition. Il ne sait pas encore qu'il va connaître son enquête la plus éprouvante, à plus d'un égard.

Il est de ces artistes qui par bonheur, ont un succès qui dépasse la grande majorité des autres. Souvent, ce succès est attribuable à l'originalité de leurs réalisations dans leur ensemble, mais souvent aussi, à leur qualité. Si par hasard, le contenu et le récit de leurs albums s'avèrent être accessibles à un vaste public, alors le tour est joué, et l'on pourrait presque dire qu'une légende est née! De fait, combien de fois votre libraire se fera demander au cours d'une année "du Bilal" par un client ayant encore les cheveux dans le vent? Bien souvent, toutefois, l'artiste, bien qu'il ait un immense succès, se retrouve un peu dans l'ombre de sa création, alors que cette dernière atteint un niveau de célébrité qui dépasse l'entendement! Un de ces exemples concrets, tout autant vrai aujourd'hui qu'il y a trente ans, vise le personnage de Lucky Luke, connu d'innombrables gens, mais quel pourcentage d'entre eux pourrait nommer du tac au tac le nom de son créateur? donnowhy

Parmi ces valeureux artistes, on retrouve Juanjo Guarnido, un homme sympathique doté d'un talent incommensurable qui, après quelques années de labeur auprès des Studios Walt Disney à Montreuil, a mis au monde, avec son complice et scénariste Juan Díaz Canales, le personnage animalier de Blacksad, et tout le merveilleux univers qui va avec. Aujourd'hui, après cinq longues années depuis sa dernière aventure et dix ans après sa création, le détective Blacksad est enfin de retour! Les amateurs de la série auront ainsi le plaisir de replonger dans ce monde unique inspiré des États-Unis du milieu du XXe siècle, une époque encore très fortement marquée par la ségrégation raciale, et la triste conjoncture économique qui allait souvent de pair. Mais rassurerez-vous, tandis que la critique sociale est toujours bien présente dans les albums de cette série, l'accent de ce tome est plutôt axé sur la nouvelle enquête du protagoniste, laquelle se déroule en milieu musical de la Nouvelle-Orléans des années 1950. rockband

Après trois superbes réussites, il suffit d'ailleurs de jeter un coup d'oeil à la longue liste de prix - incluant le Grand Prix Albert Uderzo et pas moins de cinq différentes prestigieuses récompenses du Festival International d'Angoulême - que les deux hispaniques se sont mérités pour en obtenir la confirmation, il va de mise que les attentes étaient plutôt élevées envers ce quatrième opus. Eh bien, les messieurs Díaz Canales et Guarnido n'ont rien à craindre, ce nouvel album est une belle réussite qui se lit avec passion! Le lecteur se fera encore une fois transporter avec plaisir et émerveillement dans cet univers unique qui compose la trame de fond de ce polar captivant! smile

ok ok ok ok /5

Lien vers la critique du dernier tome de la série Blacksad:
arrow Blacksad T.3 Âme Rouge

Ainsi que vers celle du premier tome d'une autre série de Juanjo Guarnido:
arrow Sorcelleries T.1 Le Ballet des mémés

Et finalement, vers celles visant deux hommages auxquels a participé Juanjo Guarnido:
arrow Asterix et ses Amis - Hommage à Albert Uderzo
arrow Rubrique Abracadabra

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article