Critique 1038 - Forêt (La) T.4 La Veuve noire

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Vincent Perez
Dessinateur : Tiburce Oger
Coloriste : Tiburce Oger
Lettrage : Éliette Oger
Éditeur : Casterman
Collection : Univers d'auteurs

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 10/2010
ISBN-13 : 978-2-203-03008-4
Nb Pages : 56
Prix de détail : 29.95$ (15.00€)

Genre : Aventure; Fantastique



Présentation de l'éditeur
Après bien des aventures, le chevalier vert et son compagnon le jeune moine ont pris le chemin du retour vers la petite Bretagne. Il va leur falloir, hélas, annoncer à Titiana que Faunus est mort. Une perspective funeste encore assombrie par ce qu'ils découvrent sur place. La contrée, envahie par les barbares, semble en effet contaminée par un phénomène aussi mystérieux qu'effrayant, qui transforme ses victimes en créatures hybrides, mi-hommes, mi-animaux. Seul un groupe hétéroclite de paysans, de mercenaires et de brigands s'efforce vaille que vaille de résister. Le moine et le chevalier vont bientôt prendre les choses en main...

Avec un récit dont le cours prend place quelque temps à peine après la scène de conclusion en clin d'oeil du troisième volet de La Forêt, l'acteur-scénariste Vincent Perez livre un chapitre dont les événements pourraient facilement être considérés comme étant les plus noirs de la série. De fait, le coeur lourd et porteurs de la triste nouvelle que Faunus est Mort, le chevalier vert et le jeune moine retournent à leur pays d'origine afin de faire part de ce bouleversement à Tatiana. Or, dès leur arrivée aux abords de la petite Bretagne, il retrouvent une région et ses habitants transformés par un maléfice effrayant... shock

Neuf mois à peine après avoir livré le troisième tome intitulé A vida y a muerte, Tiburce Oger offre la possibilité de replonger, pour la deuxième fois donc en 2010, dans cet univers fantastique imaginé par Vincent Perez. On y apprécie aisément le style élancé et très particulier de l'auteur, ainsi que sa palette de couleurs qui communique avec brio l'atmosphère du récit. Aujourd'hui, après avoir joliment réalisé plus de 250 planches, réparties à travers les quatre tomes de cette série, Tigurce Oger y signe le mot de la fin en ayant auparavant illustré un ultime chapitre périlleux doté de rebondissements étonnants. wink

Ainsi prend fin le récit de La Forêt démarré quarante mois plus tôt, avec une conclusion qui clôt dignement l'histoire en répondant aux attentes des lecteurs. Y aura-t-il un second cycle d'aventures pour les deux protagonistes? Seuls Vincent Perez et Tiburce Oger le savent. Quoi qu'il en soit, dans l'ensemble, on peut certainement assurer que cette équipe sait s'y prendre en ce qui a trait à la conception d'une bande dessinée divertissante qu'il fait plaisir de partager! smile

ok ok ok /5

Lien vers la critique du premier tome de la série La Forêt:
arrow Forêt (La) T.1 La Forêt

Ainsi que vers celles portant sur d'autres tomes signés Tiburce Oger:
arrow Auberge du bout du Monde (L') T.1 La Fille sur la falaise
arrow Auberge du bout du Monde (L') T.2 Des pas sur le sable
arrow Auberge du bout du Monde (L') T.3 Les Remords de l'aube

Publié dans Critiques

Commenter cet article