Critique 1035 - Barracuda T.1 Esclaves

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Jean Dufaux
Dessinateur : Jérémy Petiqueux
Coloriste : Jérémy Petiqueux
Éditeur : Dargaud

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 10/2010
ISBN-13 : 978-2-505-00971-9
Nb Pages : 64
Prix de détail : 24.95$ (13.95€)

Genre : Aventure; Pirates



Présentation de l'éditeur
À bord du Barracuda, les hommes de Blackdog affûtent lames et grappins en vue d'un abordage juteux ! La routine pour Raffy, le fils de Blackdog, qui a déjà fait couler beaucoup de sang pour son jeune âge. Pour Emilio et Maria, jeunes nobles espagnols, le choc est plus brutal. Vendus comme esclaves à Puerto Blanco, ils se font en outre dérober la carte qui mène au diamant du Kashar, le plus gros du monde, connu pour n'avoir jamais entraîné que mort et désolation dans son sillage ! Il en faut plus pour décourager les pirates du Barracuda, qui savent que butin rime souvent avec destin...

Décidément, Jean Dufaux touche à tout! Aujourd'hui, c'est l'univers des pirates que le scénariste aborde, et ce, en démarrant son album avec un éloge aux acteurs, cinéastes et artistes qui l'ont émerveillé autant dans sa jeunesse qu'aujourd'hui, et inspiré dans la création de cette histoire. Démarrer sa lecture en découvrant d'abord le pourquoi du comment est payant, surtout dans le cas du premier volet de cette trilogie particulière. De fait, outre le fait d'apprendre que cette série lui permet de passer du rêve à la réalité, on y lit que le scénariste a délibérément opté d'utiliser une approche différente de la traditionnelle afin de construire son récit, en choisissant de passer du côté des coulisses, ou plutôt de l'arrière-scène du monde des pirates. Dans le cas échéant, l'arrière-scène représente en fait Puerto Blanco, le port d'attache du Barracuda, l'endroit où se commercialisent les précieux trésors usurpés par Blackdog et ses hommes. shock

Accompagnant Jean Dufaux dans cette aventure est Jérémy Petiqueux, un artiste avec lequel le scénariste a déjà indirectement travaillé, alors que ce dernier effectuait la mise en couleurs des planches de Philippe Delaby depuis le chapitre cinquième de sa série romaine Murena, ainsi que pour le sixième opus des Complainte des Landes Perdues, deux séries aux scénarios signés par le scénariste. Ainsi, pour Jérémy, Barracuda représente le fait de faire le bond du côté des artistes, alors que cet album est le premier pour lequel il réalise le dessin en plus de la mise en couleurs. Évidemment, l'oeil avisé du lecteur détectera de légères incertitudes dans l'illustration des planches du novice. Cependant, plus le récit se dévoilera, moins ces petits défauts auront de l'importance et plus l'attention se tournera davantage sur les événements qui toucheront les deux jeunes protagonistes Emilio et Maria. wink

En ce qui a trait à l'oeuvre dans son ensemble, nous avons droit dans cet album à un peu plus qu'une introduction, tandis qu'on y brosse le tableau de manière efficace, autant du point de vue de la mise en situation, que du côté de la présentation des personnages influents de la trilogie. Avec déjà quelques revirement de situation qui affectent la destinée des protagonistes, tout porte à croire que les deux autres tomes à venir seront hauts en couleurs! smile

ok ok ok /5

Lien vers la critique du premier tome de la série Jérémy:
arrow Murena T.5 La Déesse noire
arrow Murena T.6 Le Sang des bêtes

Ainsi que vers celles de quelques autres albums scénarisés par Jean Dufaux:
arrow Croisade T.1 Simoun Dja
arrow Djinn Int.1 Cycle premier: L'intégrale
arrow Djinn T.5 Africa
arrow Djinn T.6 La Perle noire
arrow Djinn T.7 Pipiktu
arrow Jessica Blandy T.24 Les Gardiens
arrow Rapaces T.* Je reviendrai

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article